Navigation – Plan du site

Éditorial

André Kaspi

Texte intégral

1Voilà deux ans et demi que le Comité a été créé. Je forme des vœux pour qu'il poursuive sa tâche et parvienne, dans des délais raisonnables, à écrire, avec l'objectivité et l'honnêteté nécessaires, l'histoire du CNRS. J'ajouterai que La Revue est, sans aucun doute, la plus belle des vitrines. On y aperçoit bon nombre de nos activités. Grâce à de rigoureuses études, des pans entiers du passé de l'organisme surgissent de l'ombre. De plus, nous rendons compte des conférences-débats que nous avons mises sur pied et nous publions des extraits des exposés que nous avons entendus et discutés. Or, la liste de nos rencontres scientifiques a de quoi impressionner. Le 6 avril 1999, dans l'auditorium du Siège du CNRS, Hubert Curien nous faisait partager son expérience de directeur général. Il était alors entouré des directeurs scientifiques qui l'avaient aidé dans sa tâche. Le 13 janvier 2000, c'est à Grenoble, à l'Institut national polytechnique, que nous nous sommes rendus pour susciter un débat sur les liens qui unissent la recherche et l'industrie. Trois mois plus tard, l'École normale supérieure de la rue d'Ulm nous recevait pour une réflexion sur la place du laboratoire entre l'enseignement et la recherche. Le 23 novembre 2000, nous sommes allés à Marseille pour évoquer les problèmes que posent l'étude et la protection de l'environnement. Le présent numéro en porte témoignage. Notre programme de l'année 2001 nous conduit à Orsay le 6 juin. Il nous conduira bientôt sur le campus de Talence. C'est dire quelle importance nous attachons à cette activité.

2Nos motivations sont d'une parfaite simplicité. Une conférence-débat offre aux chercheurs l'occasion de retracer le chemin qu'ils ont parcouru. La démarche est peut-être inhabituelle ; elle n'est certainement pas inutile. Elle permet d'évaluer les progrès accomplis, de mettre en valeur les réussites et les échecs, de souligner le rôle des uns et des autres. En un mot, c'est une manière de préparer l'histoire du CNRS. Chemin faisant, nous attirons l'attention de tous sur une évidence : l'histoire sert à donner une profondeur supplémentaire au travail scientifique, puisqu'elle fait mieux comprendre le présent, préserve les traces du passé, inscrit le futur dans la longue durée. Le Comité lutte contre l'oubli, parce que l'oubli efface les repères, crée les injustices et suscite, souvent trop tard, d'insupportables regrets.

3Il va de soi que les conférences-débats réclament le concours des chercheurs de terrain. Certes, ce ne sont pas des historiens professionnels. De là l'idée, qui me semble fondamentale, d'une association entre ceux qui connaissent les méthodes de la recherche historique et ceux qui connaissent le fonctionnement de leur laboratoire. Au cours de nos rencontres, nous avons observé que la démarche ne laissait pas indifférent et que la synergie donnait des résultats plus qu'encourageants.

4C'est pourquoi nous avons l'intention de poursuivre sur cette voie. D'autant plus que nous avons maintenant une ambition nouvelle. La Revue porte un titre restrictif. Et pourtant, nous n'avons jamais caché notre volonté de dépasser le cadre du CNRS, ne fût-ce que pour mieux en saisir la spécificité. Aussi, avons-nous décidé de modifier le titre. À partir du prochain numéro, nous publierons La Revue pour l'histoire de la recherche scientifique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Kaspi, « Éditorial », La revue pour l’histoire du CNRS [En ligne], 4 | 2001, mis en ligne le 27 février 2006, consulté le 17 août 2017. URL : http://histoire-cnrs.revues.org/152

Haut de page

Auteur

André Kaspi

Président du Comité pour l'histoire du CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page