Navigation – Plan du site
Documents

« La participation du Centre à l’effort scientifique de guerre »

Quand le CNRS reprend les armes…
Denis Guthleben

Résumé

The Center’s involvement in the war scientific effort

According to the terms and conditions of the Armistice agreement in 1940, military research was forbidden in France. The laboratories of the CNRS had to stop their activities in that field. Some of them converted to civilian research: Paul Lainé, in Bellevue, for example, who had worked before on the equipment loaded in fighter planes, began to study the refrigeration of foodstuff.

After June 1944, as Allied armies progressed on the French territory, liberated laboratories started war research again. Land operations and difficulties in communicating didn’t allow CNRS a wide-ranging mobilization. Contrary to the pre-war period, only a few teams were called for their services. In September, after the liberation of Paris, the director Frédéric Joliot-Curie with his assistant managers reviewed the requests coming from the French and Allied armies, and handed them out to the appropriate laboratories.

These requests concerned secret telegraphy, new incendiary projectiles, anti-tank devices, etc. But the most encouraging results were recorded in three domains: mine clearance, infra-red for the locating of enemy troops on the battlefield, and blood transfusion. They required research teams settled in Paris, Bellevue and Marseille – liberated after the Provence landings, in the end of August. Perhaps mine clearance was the most pressing and the hardest matter: the Wehrmacht had scattered approximately a hundred million mines in France, and some of them, built in wood (Holzmine) or in plastic (Plastikmine), were undetectable with ordinary mine detectors.

Extrait du « Compte-rendu de l’activité du CNRS de septembre 1944 à octobre 1945 »

3°) L’examen des diverses formes suivant lesquelles la Défense nationale fit appel aux scientifiques et celui des résultats obtenus pendant la guerre 1914-1918 et pendant la première année de cette guerre ont amené à fixer comme il suit les principes de la participation du Centre à l’effort scientifique de guerre.

Ces principes tenaient compte de la situation très particulière du moment ; mais ils comprennent des dispositions importantes qui devaient, après la victoire, assurer d’une façon permanente la participation des scientifiques à l’élaboration de l’armée nouvelle et de l’armement, celui-ci devant constamment profiter des progrès de la science.

a) Chacun des allocataires du CNRS et les savants qui lui apportent leur concours sont considérés comme étant à la disposition de la direction du CNRS pour être affectés à un moment quelconque, compte tenu des besoins de l’enseignement, à un laboratoire où sera effectuée une recherche de guerre : laboratoire dépendant soit du CNRS, soit de la Défense nationale. Le chercheur, d’autre part, peut être envoyé en mission par l’état-major, à la demande du directeur du Centre, sur le théâtre des opérations françaises ou alliées ou en mission à l’étranger chez nos alliés.

b) Lorsqu’un sujet, problème de guerre, est posé au CNRS ou proposé par le CNRS, une commission de scientifiques et techniciens est créée et a pour mission de choisir les lieux de recherche les mieux adaptés. Des allocataires du CNRS ou des volontaires d’autres organismes ou établissements peuvent être attachés à l’équipe existante pour la renforcer.

En bref, le Centre concentre ses moyens scientifiques pour étudier les problèmes intéressant directement la Défense nationale.

Cette organisation ne prévoit pas la réquisition de presque tous les laboratoires comme en 1939-1940, ce qui a l’avantage de ne pas arrêter l’enseignement et la formation des chercheurs, conditions nécessaires à l’avenir du pays. Elle permet d’employer avec un rendement meilleur les scientifiques, du moins ceux qui semblent les mieux adaptés à ce genre très particulier de recherche.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

120 août 1944. Au lendemain de l’appel à l’insurrection lancé par le Comité parisien de Libération, les membres du Front national universitaire prennent possession du ministère de l’Éducation nationale. Henri Wallon, désigné secrétaire provisoire par le Conseil national de la Résistance, s’installe rue de Grenelle. Immédiatement, il signe les premières mesures de révocation des fonctionnaires de Vichy et désigne leurs remplaçants. Parmi eux, à la direction du CNRS, Frédéric Joliot-Curie. Le prix Nobel de chimie, entouré de quelques scientifiques, s’attelle dès le mois de septembre à une lourde tâche : la réorganisation de l’institution après les quatre années de l’Occupation. Elle est au centre des discussions de ce comité informel1 qui regroupe, entre autres, Eugène Aubel, Louis Barrabé, Pierre Drach, Pierre-Paul Grassé, Louis Leprince-Ringuet, Joseph Pérès et Jean Wyart.

2Un groupe de savants, réunis dans une tour d’ivoire, pour examiner l’avenir de la recherche publique ? Non. Car la réorganisation du Centre n’est pas leur seule préoccupation. En France, les combats font encore rage. Rouen, Reims et Lyon viennent d’être libérés. Le Havre, Calais et Nancy sont toujours occupés. La Wehrmacht s’est puissamment retranchée dans Lorient et La Rochelle. Les Alliés piétinent devant ces villes fortifiées. Dès lors, dans l’odeur de la poudre, des questions sont soulevées par les membres du comité : quelle peut être la place de la recherche française dans l’effort de guerre ? Dans quelle mesure permettrait-elle de hâter la Libération et, à terme, la chute du Reich ? Comment, en somme, remettre les scientifiques au service des militaires, à l’instar de ce qui s’est fait lors de la mobilisation en 1939-1940 ?

3Frédéric Joliot-Curie est intimement convaincu du rôle fondamental que peuvent jouer les chercheurs dans la libération puis dans la reconstruction du pays. Ils seraient même plus utiles que les politiques : « Réfléchissez, explique-t-il à ses collègues le 18 septembre, à ce que cela aurait de répercussion dans le pays si, par exemple, une bombe tombait ici en ce moment. Pour redonner du prestige aux hommes de science, il ne faut pas minimiser nos efforts ! Je le répète : si une bombe tombait ici en ce moment et nous détruisait, ce serait plus grave que si elle tombait sur un gouvernement. On retrouverait immédiatement des membres pour ce gouvernement, mais on ne retrouverait pas immédiatement les hommes capables de créer et de travailler. Nous avons une responsabilité dans notre pays. Il faut que chaque scientifique ait cette impression »2. La remarque n’a rien d’anecdotique. Cette épée de Damoclès qui pend au-dessus de la tête des Parisiens et menace à tout moment d’emporter des savants – indispensables – ou des politiques – interchangeables – a un nom : Vergeltungswaffe Zwei, c’est-à-dire l’arme de représailles n° 2 (V2). Quelques jours plus tôt, le premier de ces instruments de mort de treize tonnes s’est abattu sur un quartier de Maisons-Alfort après un vol de plus de 300 kilomètres. Outre les importants dégâts matériels, une vingtaine de personnes – l’équivalent d’un cabinet gouvernemental… – y ont laissé leur vie.

4Alors que l’Allemagne vient une nouvelle fois de faire la preuve de sa puissance technique, alors que les savants restés en France commencent tout juste à prendre conscience des progrès réalisés par les Alliés, la Grande-Bretagne3 et surtout les États-Unis, dans le domaine de la recherche scientifique appliquée aux besoins militaires, le nouveau patron du CNRS entend bien engager l’organisme dans le conflit. Cela n’a rien d’évident : les laboratoires sont restés coupés de ce champ de recherche depuis quatre ans, une éternité compte tenu des avancées survenues ailleurs ! Une organisation est cependant mise sur pied pour répondre aux besoins les plus urgents. Et plusieurs laboratoires obtiennent des résultats encourageants.

L’organisation de la (re)mobilisation

5Revenons quelques années en arrière. En 1939, la mobilisation des laboratoires du tout nouveau CNRS avait été soigneusement organisée par le ministère de l’Éducation nationale : « En temps de guerre, du personnel, des laboratoires, du matériel sont mis à la disposition du Centre national de la recherche scientifique […]. L’ensemble des moyens de recherches relevant ainsi du Centre quant à leurs activités scientifiques et techniques est divisé en groupes, sections et laboratoires »4. Cette organisation pyramidale était constituée de six groupes à Paris et de quatorze en province, dont le découpage correspondait approximativement à celui des rectorats. Ils étaient mis « à la disposition des services de la Défense nationale pour effectuer sur leur demande et suivant leurs indications tous les travaux de recherche jugés nécessaires » et pouvaient aussi « venir en aide aux industries travaillant pour la Défense nationale »5. À titre d’exemple, le groupe dirigé alors par Frédéric Joliot-Curie (G1) comprenait, entre autres, le Laboratoire de chimie nucléaire du Collège de France, le Laboratoire de synthèse atomique d’Ivry et l’Institut du radium. Certes, il est difficile d’apprécier les résultats de cette mobilisation : quelques mois plus tard, la convention d’armistice venait y mettre un terme6, obligeant les laboratoires œuvrant pour la Défense nationale à se reconvertir dans d’autres domaines que la recherche militaire. On peut citer ici l’exemple du Laboratoire de physique du froid de Paul Lainé, qui travaillait sur le fonctionnement des armes ou des appareils soumis à de basses températures à bord des avions, et qui se vit confier, sous l’Occupation, l’étude de « tous les problèmes de la conservation et du transport des aliments »7.

6En septembre 1944, le CNRS n’a pas encore les moyens de rétablir l’organisation qui prévalait avant la défaite. Les combats qui se déroulent sur le sol national, les difficultés de communications, la présence de nombreux laboratoires dans des régions encore occupées par les Allemands ne le permettent pas. Mais le temps presse : « Redonner du prestige aux hommes de sciences » en France, ainsi que le souhaite Frédéric Joliot-Curie, c’est aussi leur confier un rôle dans la victoire. Celui-ci est nécessairement plus modeste : « Cette organisation ne prévoit pas la réquisition de tous les laboratoires comme en 1939-1940 », même si la raison principale invoquée par la direction du Centre est « de ne pas arrêter l’enseignement et la formation des chercheurs, conditions nécessaires à l’avenir du pays ». Mais des contacts sont immédiatement pris avec les services du général Alphonse Juin, nommé par le général de Gaulle chef d’état-major de la Défense nationale à Paris, ainsi qu’avec le Bureau scientifique de l’armée et avec le Laboratoire central de l’armement.

7La direction du CNRS souhaite en fait répondre aux demandes de l’armée au cas par cas, en distribuant les travaux aux chercheurs selon leurs compétences. Dans un premier temps, Frédéric Joliot-Curie examine lui-même ces demandes et les répartit dans les laboratoires les plus à même d’y répondre. Toutefois, elles affluent en si grand nombre qu’un « bureau des questions militaires », placé directement sous son autorité, est installé au siège du Centre au 13 quai d’Orsay. Elles concernent des questions aussi diverses que la télégraphie secrète, l’étude de nouveaux projectiles incendiaires, les possibilités de neutralisation des chars, etc. Mais les premiers résultats les plus encourageants sont obtenus dans trois domaines : le déminage, l’utilisation des techniques de repérage infrarouge et la transfusion sanguine.

Le problème du déminage

8Le problème du déminage, au fur et à mesure du déplacement vers l’est de la ligne de front, constitue un axe central des recherches militaires du CNRS à la Libération. Les estimations les plus précises font en effet état de près de cent millions de mines disséminées sur le territoire français par les armées du Reich8. Compte tenu des « progrès » réalisés dans ce domaine depuis le début du conflit, certains de ces engins sont d’ailleurs devenus particulièrement difficiles à déceler : les plus rudimentaires sont construits en bois (Holzmine), les plus perfectionnés en matière plastique (Plastikmine). Ils sont donc « indécelables avec les détecteurs de mines métalliques couramment employés »9. Le problème est identique pour les mines métalliques traditionnelles, camouflées par un sable radioactif (que les Allemands qualifient de Tarnsand). En somme, l’arme a une fois encore évolué plus vite que les moyens de l’éradiquer. Les détecteurs anglais et américains, « si perfectionnés qu’ils fussent, ne possédaient pas encore l’efficacité cherchée et présentaient des défauts tels que le manque d’étanchéité, de stabilité et de sensibilité »10. Quant aux appareils français, ils sont complètement dépassés : « En France, pour des raisons faciles à comprendre, on connaissait seulement le résultat des études poursuivies en 1939-1940 » 11.

9À la demande du ministère de la Reconstruction, le CNRS met donc en place un plan d’action en trois points : il s’agit de reprendre entièrement la conception des appareils français, d’étudier les appareils alliés afin de remédier à leurs défauts et de mettre au point un détecteur capable de déceler les mines non métalliques. Une commission, composée de savants et de militaires, est créée à cet effet. Deux missions sont également envoyées, une sur le front de l’ouest, l’autre sur le front de la première armée française, avec pour objectif de récupérer des engins en état de marche pouvant être étudiés dans les laboratoires du Centre. Les équipes désignées par la commission pour effectuer ce travail périlleux sont situées à Bellevue (Laboratoire des rayons X de Jean-Jacques Trillat) et à Marseille (Centre de recherches scientifiques, industrielles et maritimes de François Canac12). Leurs travaux permettent d’apporter de premières améliorations aux appareils anglais : au début de l’année 1945, ceux-ci sont en mesure de déceler les petits allumeurs des Holzminen et des Plastikminen. Le premier appareil français réellement efficace est conçu au même moment par les chercheurs du CRSIM.

10Tous les problèmes ne sont cependant pas résolus pour autant. En particulier, le nombre de détecteurs est largement insuffisant à l’échelle du pays. Les démineurs ont encore souvent recours au repérage manuel : ils réalisent des sondages à la baïonnette pour localiser les engins. Il s’agit bien évidemment d’une méthode très dangereuse et mentalement éprouvante. Le Centre confie donc au Laboratoire de biométrie de Marseille la tâche de réaliser « un appareil déterminant les tests psychologiques des sondeurs »13 : avant de rejoindre les bataillons de déminage, les recrues sont soumises à des examens déterminant leur sang-froid et leur dextérité. Faut-il attribuer les bons résultats enregistrés par la suite à cet appareil ? Ou plutôt à la meilleure formation des démineurs ? Toujours est-il que les accidents sont réduits de près d’un tiers dans les mois suivants.

Le barrage infrarouge

11Les recherches sur l’armement ne se limitent pas aux mines et à leur détection. Par l’intermédiaire de la mission scientifique en Grande-Bretagne dirigée par Louis Rapkine, plusieurs chercheurs participent également à des missions d’études consacrées aux questions militaires14. À titre d’exemple, le professeur Henri Moureu, qui dirige le Laboratoire municipal de la Ville de Paris, est délégué par le CNRS pour les missions sur les projectiles V1 et V2, du 22 avril au 5 mai puis du 19 au 30 septembre 194515. C’est lui d’ailleurs qui, quelques mois plus tôt, avait été envoyé par la préfecture de police de Paris à Maisons-Alfort pour analyser les débris du projectile inconnu qui avait frappé la cité16.

12La menace n’est cependant pas uniquement souterraine ou aérienne. Elle provient également des lignes de front. À l’ouest, depuis les villes fortifiées de Lorient et La Rochelle, les trois divisions de la Wehrmacht qui s’y sont enfermées opèrent encore de nombreuses incursions à l’intérieur des lignes alliées. À l’est, surtout, l’opération Wacht am Rhein déclenchée dans les Ardennes prouve que les armées allemandes n’ont pas épuisé toutes leurs capacités offensives. Peu après l’attaque, l’état-major du général Juin sollicite une nouvelle fois le CNRS : il s’agit de concevoir des appareils susceptibles de détecter et, éventuellement, de ralentir de telles opérations.

13Les travaux sont pris en charge par une commission d’optique électronique. Celle-ci est placée sous la direction du physicien Louis Leprince-Ringuet. Une équipe de chercheurs de Toulouse est également sollicitée17. Elle est dépêchée auprès du général Edgard de Larminat, commandant des Forces françaises de l’ouest chargées de réduire les bastions allemands. La mission scientifique réalise ses premiers essais à la fin de l’année 1944 autour de La Rochelle. Elle y installe « plusieurs appareils de barrage infrarouge, permettant de déceler à environ 1 500 mètres une patrouille ennemie »18. Les tests sont concluants. Mais le problème n’est pas résolu pour autant. Car les unités allemandes sont petites et très mobiles : une fois repérées, la mise en alerte et l’intervention des troupes alliées sont trop lentes pour les « neutraliser ».

14D’autres essais sont alors entrepris, toujours autour de La Rochelle. La capitulation allemande et, par voie de conséquence, la reddition des réduits interviennent avant la mise en service du dispositif. Celui-ci mérite toutefois d’être mentionné : les chercheurs du CNRS ont l’idée de relier le barrage infrarouge à un certain nombre de nids de mitrailleuses dotées de commandes pneumatiques. Il aurait donc suffit que des patrouilles ennemies franchissent ces barrages pour actionner les armes. Aucun document d’archives ne signale la poursuite de ces recherches après le 9 mai 1945.

La transfusion sanguine

15Une autre tâche dévolue au CNRS en 1944-1945 a trait au soin des blessés. Le Centre est sollicité par le Service de santé militaire. Le problème qui se pose alors aux troupes françaises n’est pas tant le manque de sang pour les transfusions que sa conservation jusqu’aux théâtres d’opérations. Une nouvelle commission ad hoc est créée à cet effet, sous la présidence du professeur Paul Lainé. Des « frigorifiques portatifs » sont rapidement mis au point au sein de la Station du froid de Bellevue qu’il dirige19. Ils permettent de transporter les ampoules de sang jusqu’au front de l’ouest dès la fin de l’année 1944.

16Pour les troupes engagées sur le front de l’est, plus nombreuses, Paul Lainé est chargé de mettre au point « un nouveau procédé de fabrication de plasma sec »20. Le plasma sec est en effet obtenu par lyophilisation, c’est-à-dire par dessèchement par le froid d’un mélange de sang provenant de plusieurs donneurs - on ne connaît pas encore à cette époque l’importance des risques hépatiques qui découlent de l’utilisation de ce produit. Il peut ainsi être conservé pendant plusieurs années à température ambiante. Peu avant son utilisation, il est mis en solution dans un solvant approprié. Les recherches arrivent à terme au mois de mars 1945 et, jusqu’en juillet, la Station du froid assume à elle seule sa fabrication en grandes quantités pour l’ensemble des troupes françaises.

17À plusieurs reprises, des chercheurs de Bellevue se rendent en mission sur le front pour contrôler l’utilisation qui est faite du plasma sec. À l’instar de leurs collègues envoyés à La Rochelle ou sur les autres théâtres d’opération, les services d’intendance de l’armée leur « prêtent » alors un uniforme complet. Le ministère de la Guerre leur attribue aussi temporairement un grade en fonction de leur place dans la hiérarchie du Centre : lieutenant pour les attachés de recherche, capitaine pour les chargés, commandant pour les maîtres et lieutenant-colonel pour les directeurs.

18On jugera peut-être a posteriori que le rôle joué par le CNRS dans les « recherches de guerre » entre septembre 1944 et mai 1945 a été mince. Et que les missions scientifiques qu’il a organisées en Allemagne à partir de mars 1945 ont été autrement plus importantes21. Après les quatre années d’Occupation qui l’ont coupé de la recherche internationale et ont rendu ses chercheurs dépendants de leurs collègues britanniques et américains – Henri Moureu leur confie les débris de l’engin tombé sur Maisons-Alfort qu’il ne peut identifier –, à cause du pillage et des destructions pratiqués par les Allemands en retraite, comment aurait-il d’ailleurs pu en être autrement ? Frédéric Joliot-Curie, de retour de son voyage à Londres au début du mois de septembre 1944, en était conscient.

19Il n’empêche, en faisant contribuer le Centre à l’effort de guerre final, il s’agissait moins d’apporter une contribution déterminante que de participer, même modestement, à la victoire. De prouver, en somme, que l’organisme était toujours en mesure de rendre « d’inestimables services22 » à la nation. Et d’attendre en contrepartie une juste reconnaissance : « Si la recherche scientifique est d’un intérêt capital en temps de guerre (les événements qui ont marqué la fin du dernier conflit mondial l’ont amplement démontré), elle doit aussi peser d’un grand poids dans l’organisation de la paix. On est donc en droit de penser qu’une part importante des possibilités financières de la nation doit lui être affectée. Or, actuellement, les dépenses consacrées à la recherche sont, en France, toutes proportions gardées, bien inférieures à celles qui [sic] consacrent au même moment les pays étrangers »23

Haut de page

Notes

1Voir Girolamo Ramunni, « La réorganisation du Centre national de la recherche scientifique, 7 septembre 1944 », La Revue pour l’histoire du CNRS, n° 3, CNRS ÉDITIONS, novembre 2000, p. 60-70.

2Procès-verbal de la réunion du comité directeur, 18 septembre 1944, AN 800 284, liasse 205.

3Dans les premiers jours de septembre 1944, Frédéric Joliot-Curie s’est rendu à Londres où il a rencontré le chef de la mission scientifique française en Grande-Bretagne. Ce voyage lui a permis de prendre la mesure de l’effort scientifique de guerre fourni par les Alliés. Cf. Michel Pinault, « Frédéric Joliot, la science et la société. Un itinéraire de la physique nucléaire à la politique nucléaire (1900-1958) », thèse de doctorat sous la direction d’Antoine Prost, février 1999, p. 486-488.

4« Notes sur l’organisation et le fonctionnement du Centre national de la recherche scientifique en temps de guerre », ministère de l’Éducation nationale, AN 800 284, liasse 35.

5Ibid.

6Convention d’armistice du 22 juin 1940, signée par le général Wilhelm Keitel pour les Allemands et par le général Charles Huntziger pour les Français. Bien que le texte ne comporte aucune référence explicite à la recherche scientifique, celle-ci est toutefois visée par l’article 6 : « La fabrication de nouveau matériel de guerre devra cesser immédiatement. »

7Procès-verbal du conseil d’administration du CNRS, séance du 12 octobre 1943, AN (Gif-sur-Yvette) 940035-23.

8Ce chiffre est avancé par Danièle Voldman dans Le déminage de la France après 1945, Paris, Odile Jacob, 1998. L’auteur revient également sur la question des prisonniers de guerre allemands contraints au déminage.

9« Compte-rendu de l’activité du Centre national de la recherche scientifique de septembre 1944 à octobre 1945 », p. 30, AN (Gif-sur-Yvette) 990 007 DOC 64.

10Ibid.

11Ibid.

12Voir Claude Gazanhes, « Du Laboratoire de la guerre sous-marine de Toulon au Laboratoire de mécanique et d’acoustique de Marseille », La Revue pour l’histoire du CNRS, n° 2, CNRS ÉDITIONS, mai 2000, p. 24-35.

13Ibid., p. 31.

14Voir à ce sujet Diane Dosso, « Louis Rapkine (1904-1948) et la mobilisation scientifique de la France libre », thèse de doctorat sous la direction de Dominique Pestre, décembre 1998, p. 363-367.

15« Rapport sur l’activité de la mission scientifique française en Grande-Bretagne », fin août 1944-fin décembre 1945, Institut Pasteur, fonds Rapkine.

16Henri Moureu a laissé un témoignage de l’événement : « Le 8 septembre 1944, à onze heures du matin, une explosion soudaine se produisit à Charentonneau (Maisons-Alfort). Prévenu aussitôt par les services de police, je procédai sur place à un certain nombre de constatations qui me firent pressentir l’apparition d’un engin nouveau, nettement différent du V1, ceci ressortant à la fois de l’examen des débris (roulements à billes, appareillage électrique soigné, pièces usinées avec précision), de l’étendue des dégâts et du fait surprenant que l’on n’avait entendu aucun bruit précéder l’explosion et que, dans le même temps, il n’avait été signalé le passage d’aucun avion. Les débris recueillis par mon service ne permettant pas une identification d’un engin qui s’avérait extrêmement complexe, je les remis au Dr Woodruff, et ils partirent aussitôt pour les États-Unis aux fins d’examen », cité par Jacques Villain, « La France a-t-elle hérité de Peenemünde ? », Bulletin de la commission histoire de l’AAAF, octobre 1992, p. 27.

17Rappelons que c’est dans la ville rose que le CNRS installera par la suite son Laboratoire d’optique électronique sur le site de la faculté des sciences puis, sous l’impulsion du directeur Gaston Dupouy, dans un vaste Institut d’optique électronique inauguré en 1958.

18« Compte-rendu de l’activité du Centre national de la recherche scientifique de septembre 1944 à octobre 1945 », op. cit., p. 31.

19Ibid., p. 32.

20Ibid., p. 31.

21Voir à ce sujet Corine Defrance, « La mission du CNRS en Allemagne (1945-1950). Entre exploitation et contrôle du potentiel scientifique allemand », La Revue pour l’histoire du CNRS, n° 5, CNRS ÉDITIONS, novembre 2001, p. 54-65.

22« Compte-rendu de l’activité du Centre national de la recherche scientifique de septembre 1944 à octobre 1945 », op. cit., p. 1.

23Ibid., p. 43. Ce paragraphe vient conclure le compte rendu.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Guthleben, « « La participation du Centre à l’effort scientifique de guerre » », La revue pour l’histoire du CNRS [En ligne], 14 | 2006, mis en ligne le 03 mai 2008, consulté le 25 avril 2017. URL : http://histoire-cnrs.revues.org/1844

Haut de page

Auteur

Denis Guthleben

Denis Guthleben est attaché scientifique au Comité pour l’histoire du CNRS. Il est doctorant à l’université de Paris I.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page