Navigation – Plan du site

Éditorial

Girolamo Ramunni

Texte intégral

1Le dossier du numéro 8 de La Revue pour l'histoire du CNRS est consacré à un sujet typiquement interdisciplinaire : les origines de l'Homme. Cette interrogation est présente dans toutes les cultures, des époques les plus reculées à nos jours. C'est dire en quoi toutes les disciplines sont concernées par cette question qui semble hanter l'Homme depuis toujours. Les mythes et cosmogonies ont constitué une première réponse. Les disciplines qui se sont constituées à partir de la révolution scientifique se sont approprié cette question à tour de rôle. Les approches demeurent donc multiples. L'historien comme l'anthropologue, le philosophe comme le physicien, le biologiste comme le géologue, sont convoqués pour y réfléchir.

2La Revue n'a pas la prétention de traiter de manière exhaustive un sujet si multiforme. Il faudrait lui consacrer plusieurs numéros… et encore ! Notre objectif est de présenter un aperçu des débats avec l'angle d'attaque que nous avons adopté jusqu'à présent : l'histoire d'un champ de recherche et des institutions qui ont permis son épanouissement. Voilà pourquoi un bilan des recherches menées en France depuis 1950 doit permettre au lecteur de se faire une idée des passionnants débats qui agitent la communauté scientifique. Pour compléter cet aspect, deux biographes décrivent la structuration de ce champ de recherche. L'abbé Breuil a contribué à l'institutionnalisation de la préhistoire au sein notamment de l'Institut de paléontologie humaine. André Leroi-Gourhan est l'un des fondateurs de l'histoire des techniques, qui a eu pour conséquence d'ouvrir de nouveaux espaces à l'anthropologie et à l'ethnologie. Depuis, l'Homme ne peut plus être pensé sans les moyens qu'il se donne pour modifier son environnement en se l'appropriant par les outils techniques. L'apport du CNRS au développement des champs de recherche sur la préhistoire devrait aussi être évoqué. Il ne faut pas oublier que l'investigation scientifique dans ce domaine fait appel à des techniques sophistiquées qui permettent aux chercheurs de diminuer l'incertitude historique des données recueillies avec souvent beaucoup de peine. L'art, enfin, est un témoignage de l'intervention de l'Homme sur son environnement. La Revue a donc porté naturellement son regard sur ce sujet.

3Un deuxième chantier est ouvert avec le témoignage de Jacques Fossey sur l'évaluation de la recherche au CNRS. Nous avons choisi de faire notre premier pas dans cet univers avec une présentation du processus d'évaluation au sein du Comité national. Dans les prochains numéros, d'autres articles compléteront cette première approche d'un sujet là aussi tout à fait complexe et interdisciplinaire. Cette question devra d'ailleurs être étudiée au-delà du CNRS, avec des comparaisons entre les différents systèmes d'évaluation existants, en France comme à l'étranger.

4Ce numéro présente enfin le groupe d'histoire des forêts françaises. L'observation de l'état des forêts est un objet de préoccupation depuis longtemps et les historiens des techniques savent le rôle que la déforestation a joué dans la révolution industrielle au cours des XVIIIe et XIXe siècles. D'autres raisons font qu'aujourd'hui on continue à étudier la forêt, raisons dont l'actualité se fait quasi quotidiennement l'écho. Dans le cas de la préhistoire, le CNRS a pris une place importante par le soutien apporté à des initiatives prises avec ou en dehors de l'Université. Il est d'autres champs où le CNRS a collaboré avec d'autres organismes de recherche. Ce sera un souci de la rédaction de consacrer des articles à ces croisements entre les différents organismes de recherche français et au partage des territoires qui en découle. De plus en plus, La Revue s'efforce de confirmer sa ligne éditoriale dans l'étude des politiques scientifiques et de l'histoire des sciences depuis le second XXe siècle. Elle a été encouragée à poursuivre dans cette voie par son comité de lecture, réuni en décembre 2002. Celui-ci a en effet souligné que La Revue trouve sa place sur le plan national et international par ses choix, par l'originalité des approches et des sujets traités. Il reste beaucoup à faire et nous faisons appel à nos lecteurs, dont nous attendons les remarques, les suggestions, voire les articles…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Girolamo Ramunni, « Éditorial », La revue pour l’histoire du CNRS [En ligne], 8 | 2003, mis en ligne le 27 février 2006, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://histoire-cnrs.revues.org/216

Haut de page

Auteur

Girolamo Ramunni

Professeur à l'université Lyon II et rédacteur en chef de La Revue pour l'histoire du CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page