Navigation – Plan du site
Dossier : Les années 60 : l'Espace, l'Océan, la Parole

Introduction

Girolamo Ramunni

Résumé

The 1960's remain the golden age of scientific research in many scientists' mind. Scientific community could not be more content with the abundance of available funds and open posts. France is only one example of this expansion. For a better understanding, we decided to return to this period, in order to complete what had already been discussed about research policy during de Gaulle's time.

This expansion in the sixties began with the end of the war and even before. The role reserved for research in the political project of Pierre Mendès France shows a certain continuation with the French scientific community's queries. Do the initiatives taken around the meeting in Caen constitute premises of a scientific policy ?, asks François Jacq. Well, it is at the beginning of the sixties that we find one of the first definitions of scientific policy in a working document submitted to the first meeting of ministries of research from the OECD's countries (1963). « The scientific policy [...] points out a complicated set of personal ideas, tendencies and attitudes of groups and institutions, tactical realities, practical temporary abilities and necessary arrangements from which are defined national decisions about orientation of science, speed of its evolution and national aims which it must work towards. »

The three other features in this issue of La Revue are examples of research fields derived from the idea of the national priorities that science is meant to realize. A symbol of national power and an important component of military research, space research will become autonomous with the creation of CNES, even if CNRS will continue to participate in it with its laboratories. The automatic translation is one of those fields that is difficult to place between basic and applied research. Oceanography, the origins of which lie in the beginning of the twentieth century, becomes an important field, with underwater resources at stake. These are three examples in radically different fields that demonstrate the narrow nature of disciplinary distinctions. Classical bounds between these fields of research will split up and drive the expansion of science, thus rendering less clear the scope of pertinence for various disciplines.

Haut de page

Texte intégral

1Les années 1960 restent dans la mémoire des chercheurs comme les années fastes de la recherche scientifique. Les crédits disponibles et les postes de chercheurs comblaient les attentes du milieu scientifique. La France n'est qu'un exemple de cette expansion. Pour mieux la comprendre, nous avons décidé de revenir sur cette époque, en essayant de compléter ce qui avait déjà été présenté sur la politique de la recherche à l'époque de De Gaulle.

2L'expansion des années 1960 a été préparée de longue date. Le retour sur la place réservée à la recherche dans le projet politique de Pierre Mendès France permet de saisir une certaine continuité avec la demande du monde scientifique français. Les initiatives prises autour du colloque de Caen constituent-elles les prémisses d'une politique scientifique ? François Lacq pose la question. Or, c'est au début des années 1960 que l'on trouve l'une des premières définitions de la politique scientifique dans le document de travail soumis à la première conférence des ministres de la recherche des pays de l'OCDE (1963). « La politique scientifique [...] désigne un ensemble complexe d'idées personnelles, de tendances et d'attitudes des groupes et des institutions, de réalités tactiques, de dispositions pratiques temporaires et de compromis nécessaires d'où se dégagent les décisions nationales sur l'orientation de la science, la rapidité de son évolution et les objectifs nationaux auxquels elle doit concourir. »

3Les trois autres articles de ce numéro ne sont que des exemples de ces domaines de recherche issus d'une certaine idée des priorités nationales que la science doit contribuer à réaliser. La recherche spatiale, à la fois symbole de la puissance nationale et élément important de la recherche militaire, va devenir autonome avec la création du CNES, mais le CNRS continuera à y participer avec ses laboratoires. La traduction automatique constitue l'un de ces domaines que l'on a du mal à situer entre recherche fondamentale et recherche appliquée. La recherche en océanographie, dont l'origine remonte loin, au début du xxe siècle au moins, devient un enjeu avec les projets d'exploitation des réserves sous-marines. Ces exemples, dans des champs radicalement différents, démontrent tous les trois, l'étroitesse des distinctions disciplinaires. Les cadres classiques de ces distinctions éclateront aussi, entraîneront l'expansion de la recherche et rendront moins aiguë la définition des champs d'appartenance aux diverses disciplines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Girolamo Ramunni, « Introduction », La revue pour l’histoire du CNRS [En ligne], 6 | 2002, mis en ligne le 05 juillet 2007, consulté le 28 mars 2017. URL : http://histoire-cnrs.revues.org/3441

Haut de page

Auteur

Girolamo Ramunni

Girolamo Ramunni est professeur à l'université de Lyon II.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page