Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Terres mouvantes. Les campagnes françaises du féodalisme à la mondialisation, XIIe-XIXe siècle

Jean-Marc Moriceau. Fayard, Paris, 2002
Girolamo Ramunni

Texte intégral

Image1Le livre de Jean-Marc Moriceau est une grande fresque de la société agraire du XIIe au XIXe siècle. Le thème central est de questionner le paradigme qui s'était imposé avec les travaux de Marc Bloch d'un monde paysan farouchement attaché à ses usages, à ses coutumes et à ses manières de vivre, éléments qui faisaient que l'on pensait le monde rural comme radicalement différent, statique, par rapport à celui qui venait grossir les villes. Or, les travaux des historiens montrent que cette vision est un peu réductrice et qu'à côté des pesanteurs, des éléments dynamiques, des innovations, viennent changer les habitudes d'un monde qui semblait figé. Certes, plus que d'une opposition entre changements et résistances il faut voir, selon Jean-Marc Moriceau, une complémentarité. Ce qui brise radicalement une histoire linéaire du changement et met mieux en valeur les tensions qui caractérisent toute société, faisant ressortir les divers éléments qui sont à l'origine de la dynamique du changement. Bref, si l'on veut comprendre les changements, il faut sortir de l'idée que les mêmes éléments se retrouvent partout et il est indispensable de montrer ce qui, au niveau local, fait la différence, l'originalité et produit le changement. Les trois premières parties de ce livre traitent des grandes questions de l'histoire de la France rurale :

  • entre la stabilité apparente et l'impossible mobilité ;

  • espace, environnement et paysages ruraux ;

  • une économie rurale dynamique. La quatrième reprend ces mêmes questions à partir de cas, comme l'exemple des vieux fermiers en Île-de-France ou les adjudications des fermes autour de Paris.

1Ce travail qui prend en compte les travaux contemporains en histoire rurale se termine par la mise en évidence d'une série de « facettes », comme les appelle l'auteur, qui montre la complexité de l'objet d'étude. L'auteur les liste en conclusion ; il s'agit de :

  • l'évolution chaotique, celle plus dépendante des individus et donc plus éphémère ;

  • l'évolution circulaire, dépendante des dynamiques économiques et sociales ;

  • l'évolution systémique, qui tend essentiellement à ramener tout écart à la situation d'équilibre ;

  • l'innovation sectorielle qui tient compte des décalages géographiques ;

  • la conjonction de plusieurs innovations qui provoquent des mutations interne au monde agricole ;

  • l'adoption de comportements, de pratiques sociales, de consommations culturelles venues de la ville, en général, ou de l'extérieur.

2Tables, graphiques, cartes de départements ou de la France viennent agrémenter un travail riche en informations, fournissant les données indispensables pour soutenir le raisonnement qui se déroule au fil des pages. À la croisée entre histoire et géographie, ce livre démontre la richesse des questionnements, permet d'envisager sous une nouvelle lumière l'histoire du monde rural, et surtout, met en valeur les manques, les besoins d'investigations approfondies, qualitatives comme quantitatives, qui permettront de vérifier ou de contredire les jugements de l'auteur. De toute manière, il s'agit d'un ouvrage de référence, même si l'on affirmera peut-être plus tard, à la lumière des travaux qu'il aura suscité, que des éléments doivent être changés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Girolamo Ramunni, « Terres mouvantes. Les campagnes françaises du féodalisme à la mondialisation, XIIe-XIXe siècle », La revue pour l’histoire du CNRS [En ligne], 10 | 2004, mis en ligne le 07 mars 2006, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://histoire-cnrs.revues.org/425

Haut de page

Auteur

Girolamo Ramunni

Professeur à l'université de Lyon II

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page