Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Les sciences pour la guerre. 1940 - 1960

Amy Dahan et Dominique Pestre (dir.). Éditions de l'École des hautes études en sciences sociales, Paris, 2004
Loïc Petitgirard

Texte intégral

Image1Amy Dahan et Dominique Pestre ont rassemblé les contributions de neuf auteurs, participants à un ensemble de séminaires donnés ces dernières années. Dans une synthèse introductive, Dominique Pestre propose un panorama caractérisant les nouveaux visages de la science des années 1940-1950. Ces années « pensent d'abord par la science, la conçoivent comme la solution naturelle à toutes leurs questions » : telle est l'hypothèse essentielle de l'ouvrage. Ce serait le fruit de l'expérience de la guerre, qui a marqué les esprits. En effet, l'investissement des scientifiques durant la guerre, l'urgence et la mobilisation permanente ont transformé la guerre et la science. Dans cette culture de guerre prolongée après 1945, le pragmatisme est de mise et la science est devenue un moyen commun d'analyser et de guider l'action, comme elle l'a démontré avec les opérations militaires.

1Ce nouveau régime de science se caractérise par la multiplication des nouvelles pratiques et des relations toujours plus étroites entre science, État et société. Les outils, les pratiques formelles et théoriques s'appellent recherche opérationnelle, théorie des jeux, théorie générale des systèmes, simulations, etc. : ils permettent d'optimiser, de rationaliser, de fournir une analyse rigoureuse. Lily Kay nous instruit par exemple sur le transfert des théories des codes et de l'information à la biologie. Mais ce mouvement touche aussi les sciences humaines et sociales comme le montrent Robert Léonard (la psychologie sociale à la RAND Corporation, le premier des think tanks américains d'après-guerre) et Michel Armatte pour les sciences économiques. De manière plus générale, les aspects organisationnels sont indispensables à la mise en opération des nouveaux « gadgets » (armes) de la science et la technique. La technique et la logistique, le matériel et le conceptuel s'interpénètrent : c'est le résultat de la place importante faite aux scientifiques et ingénieurs dans la préparation et le suivi des opérations militaires.

2Le second ensemble de textes touche aux rapports entre science et État, avec pour filigrane le complexe militaire-scientifique-industriel. Amy Dahan décrit la situation d'un centre de recherche en Union soviétique (l'école Andronov à Gorki), Dominique Pestre aborde les sciences physiques en France. Les autres textes sont centrés sur les États-Unis. On trouvera des synthèses d'auteurs bien connus, sur des thèmes déjà traités, notamment P. Edwards (sur le « Monde clos ») et Peter Galison (la simulation et la construction de la bombe H).

3L'ensemble montre l'importance prise par les scientifiques à tous les niveaux, dans la défense, la politique, l'industrie et l'économie. Dans le scientisme ambiant, latent, on se laisse aller à imaginer un progrès infini, conduit par la science et la technique. La science semble triomphante, mais elle a aussi ses critiques, y compris parmi les scientifiques. Elles n'empêchent cependant pas la science de tenir une place exceptionnelle dans le régime de production et de régulation d'après-guerre. Depuis le début du XXe siècle, la science n'a cessé de gagner en importance : après la guerre, on assiste surtout à un changement d'échelle dans son rôle au sein des États, dans la mobilisation du monde scientifique. En d'autres termes, la science et la technique sous-tendent ces années 1940-1950 qui ont façonné le monde jusqu'à nos jours - notamment par « l'américanisation » des pratiques de laboratoire - et on ne peut pas comprendre ce monde, et notre monde actuel, sans se référer à la science. Voilà qui donne à réfléchir aux historiens du contemporain.

4La qualité de l'ouvrage tient à la variété des sujets abordés, allant de la physique aux sciences humaines et sociales. Il s'agit d'une introduction à cette période encore mal connue, une aide pour comprendre la science contemporaine, dans une perspective d'histoire culturelle et sociale. Naturellement, il faudrait élargir encore le spectre des cas étudiés et le contenu des savoirs scientifiques n'est visiblement pas la préoccupation de l'ouvrage. On pourra regretter notamment que la recherche opérationnelle n'ait pas été le sujet d'un approfondissement : en quoi a-t-elle été déterminante et qu'a-t-elle vraiment apporté dans la science ? Sur ces points, le lecteur est invité à se tourner vers les nombreux éléments bibliographiques distillés à la suite de chaque exposé.

5Ce livre montre également l'ampleur du champ d'étude des sciences postérieures à 1945 et il ne doit pas faire illusion : l'effort de synthèse ne saurait occulter la domination anglo-saxonne sur ce sujet et la faiblesse de l'historiographie française. Les textes anglo-saxons ont été traduits mais restent des synthèses d'ouvrages déjà parus, certains depuis près de dix ans.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Loïc Petitgirard, « Les sciences pour la guerre. 1940 - 1960 », La revue pour l’histoire du CNRS [En ligne], 13 | 2005, mis en ligne le 07 mars 2006, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://histoire-cnrs.revues.org/441

Haut de page

Auteur

Loïc Petitgirard

Maître de conférences

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page