Navigation – Plan du site
Dossier : La géopolitique mode d'emploi

L’Europe, objet de recherche identifié

Portrait d’un chercheur européen
Christian Lequesne

Résumés

« Unie dans la diversité », telle est la devise de l’Union européenne. Et pourtant, chaque élargissement est source de polémique, de débats houleux, d’interrogations et de remise en cause. Depuis vingt ans, Christian Lequesne s’intéresse à l’objet Europe qu’il analyse sur le terrain. Entretien.

“United in diversity” is the motto of the European Union. From six members in the 1950s to 25 in 2004 and 27 in 2007, the European Union can now rightly claim to represent a continent, stretching from the Atlantic to the Black Sea. But Europe is also a research topic for Christian Lequesne.

Haut de page

Texte intégral

1La revue pour l’histoire du CNRS. Vous avez fait vos études à Strasbourg, à Bruges et à Paris.

2Christian Lequesne. J’ai suivi mon père, fonctionnaire, dans ses différents postes à travers l’hexagone. J’ai commencé par Sciences Po à Strasbourg et y ai choisi l’option « relations internationales ». Au début des années 1980, les études européennes figuraient déjà assez largement dans les programmes de l’IEP de Strasbourg. Cependant, elles étaient essentiellement abordées sous l’angle formel du droit. J’ai obtenu mon diplôme en 1983 sans avoir été vraiment initié à la science politique. Ensuite s’est offerte à moi la possibilité de poursuivre mes études, avec une bourse du ministère français des Affaires étrangères, dans une institution très spécialisée sur les questions européennes, le Collège d’Europe à Bruges.

3La revue pour l’histoire du CNRS. Ce fut alors une véritable révélation !

4C.L. En effet, l’année de master passée au Collège d’Europe a fait naître mon intérêt pour l’objet « formation politique de l’Europe » que je préfère à « construction européenne ». J’ai découvert l’Europe à travers le prisme de la science politique essentiellement grâce à mes professeurs allemands et britanniques. J’ai, pour la première fois, entendu parler des théories de l’intégration européenne, émanations des théories des relations internationales, c’est-à-dire le néofonctionnalisme, l’intergouvernementalisme, de la théorie de la représentation des intérêts...

5À l’issue de mon diplôme, au lieu de passer comme la plupart de mes camarades de promotion les concours communautaires pour rejoindre la Commission de Bruxelles, j’ai décidé de me consacrer à la recherche. Admis en DEA d’études politiques à Sciences Po Paris en 1984, j’y ai eu comme directeur de thèse, Alfred Grosser qui a exercé une influence intellectuelle forte sur le jeune homme de 22 ans que j’étais.Grosser m’a en particulier appris les vertus de la comparaison en sciences sociales, l’évitement du franco-centrisme. Mon autre maître à penser à Sciences Po Paris a été Jean-Louis Quermonne, un homme d’une grande classe intellectuelle et humaine, qui m’a initié à l’étude des institutions françaises et européennes. Sciences Po est devenu mon port d’attache grâce à eux.

6La revue pour l’histoire du CNRS. De quelle manière le chercheur en science politique aborde-t-il l’objet Europe ?

7C.L. J’ai été recruté comme chercheur au CERI alors que je n’avais pas encore fini ma thèse qui était une étude institutionnaliste des relations entre l’appareil politico-administratif de la France et la Communauté européenne. À la fin des années 1980, rares étaient encore les jeunes politistes intéressés par l’Europe concrète. Le paysage français de la recherche en science politique sur l’Europe a complètement changé dix ans plus tard, à la fin des années 1990. C’est l’époque où Jean-Louis Quermonne, Pierre Muller et moi-même avons proposé au directeur de Sciences Po, Richard Descoings, de créer des « bourses Europe » qui ont permis d’alimenter un vivier de bons thésards. Les choses ont bougé aussi ailleurs, à Paris I, à Grenoble, à Bordeaux. Le résultat : il existe aujourd’hui une génération de jeunes chercheurs que nous avons, avec un certain nombre de col- lègues, modestement contribué à former et qui travaillent sur de nombreuses questions européennes comme la gouvernance, la représentation des intérêts, la question de la politique étrangère... Je me réjouis de voir leur notoriété grandissante tant au niveau national qu’international. Je suis surtout heureux qu’ils publient dans les grandes revues en langue anglaise, car on n’est plus lu et ignoré par la communauté internationale des politistes si on ne publie qu’en français, c’est un fait.

8La revue pour l’histoire du CNRS. Vingt années se sont écoulées depuis vos débuts. Le paysage de la recherche en science politique sur l’Europe en France a-t-il changé de façon radicale ? Quelles en sont les forces et les faiblesses ?

9C.L. Au début des années 1990, les effets du marché intérieur (on disait en France « l’échéance 92 ») sur les politiques publiques nationales faisaient débat, ce qui a servi la recherche. Ce débat a permis notamment aux spécialistes de l’action publique française comme Pierre Muller par exemple, de s’intéresser aux interactions entre les modes opératoires des politiques publiques au niveau européen et au niveau national. On a ici une preuve que les objets de recherche en science politique ne sont jamais déconnectés de l’actualité politique. C’est autour de l’européanisation des politiques publiques nationales que s’est redessinée la recherche européenne française, avec des collègues comme Pierre Muller ou encore Andy Smith. Cependant, ce qui a été une source de renouveau en constitue peut être aujourd’hui aussi une limite : on a peut-être trop travaillé en France sur l’européanisation de l’action publique nationale de manière «micro » au détriment des grandes questions « macro », voire de l’étude du niveau européen proprement dit. Mais ce n’est pas grave, il fallait bien commencer « par un bout » – si je puis dire –, et l’important est que les objets se redéfinissent, évoluent.

10La revue pour l’histoire du CNRS. Malgré la chute du Mur, ne subsiste-t-il pas un clivage Est-Ouest ?

11C.L. Les gens de ma génération, formés aux questions dites européennes dans les années quatre-vingt, ont eu une éducation encore très ouest-européenne. Les objets d’étude étaient les relations franco-allemandes, le rapport particulier de la Grande- Bretagne à l’Union, le marché intérieur. De l’autre côté, il y avait la soviétologie qui, en 1989, est devenue souvent la transitologie et qui s’intéressait à l’Europe communiste et à l’Union soviétique. Il va de soi qu’avec l’élargissement de l’Union européenne, l’étude de l’Europe centrale, des Pays baltes ou des Balkans fait partie intégrante des études européennes. Alors que la Russie constitue un objet en soi qui n’a plus grand chose à voir avec le premier groupe.

12La revue pour l’histoire du CNRS. En 2003, vous êtes devenu le directeur du CEFRES.

13C.L. Oui, et cette mission au Cefres qui fut une des plus riches de ma carrière tombait bien! Je sentais depuis quelque temps que pour continuer à travailler sur l’Union européenne, il fallait comprendre ce qui se passait dans les sociétés d’Europe centrale candidates à l’adhésion. Il faut absolument casser en science politique toute barrière qui voudrait que l’on sépare étude de l’Europe de l’ouest et de l’Europe centrale. On trouve encore quelques politistes ou géographes profondément conservateurs qui souhaitent cantonner l’Europe centrale aux études dites postcommunistes, mais ils deviennent minoritaires et, fort heureusement, arrivent en fin de carrière. Pendant les deux ans et demi passés à Prague, je me suis au contraire efforcé d’insérer l’étude de l’Europe centrale dans le contexte du projet de l’Union européenne. Au Cefres, les partenaires centre européens, notamment tchèques, étaient très demandeurs de cette approche qui m’a permis de concevoir beaucoup d’opérations scientifiques à Prague.

14La revue pour l’histoire du CNRS. Vous parlez de géographie d’une part, de science politique d’autre part. Quelle est alors votre définition de la géopolitique ?

15C.L. La géopolitique est une approche, me semble-t-il, qui cherche à trouver les liens existant entre espace et pouvoir. Je dois dire qu’elle me convainc à moitié, car je n’ai jamais cru que l’on pouvait expliquer les comportements politiques (notamment des États) en prenant comme variable prioritaire leur positionnement dans l’espace. Ce n’est pas parce que l’Allemagne est au milieu de l’Europe qu’elle se comporterait structurellement en 2007 comme elle se comportait en 1938. Je force le trait bien entendu, car on trouve des approches de géopolitiques plus ou moins sophistiquées.

16La revue pour l’histoire du CNRS. Bruges, Paris, Prague, Londres. Vous incarnez le chercheur européen par nature ! Quel regard portez-vous sur un pays « eurosceptique », le Royaume-Uni ?

17C.L. Pour bien comprendre le positionnement d’une société par rapport à l’Europe, il faut prendre en compte les paramètres historiques du temps long qui forgent des représentations. Ce qu’a confirmé mon expérience à Prague et à Londres. Pour appréhender le positionnement de la société britannique à l’égard de l’Europe, il faut s’intéresser à la trajectoire historique de la Grande-Bretagne. Les théories néo-institutionnalistes, qui mettent en avant la path dependency, ont donc certainement raison. Sauf qu’elles n’ont rien inventé ! Max Weber avait déjà perçu que les phénomènes sociaux et politiques devaient être resitués par rapport à des trajectoires historiques. D’où la nécessité de lire ou relire Max Weber !

18La revue pour l’histoire du CNRS. Et sur un pays « nouvel entrant », la République tchèque ?

19C.L. Le travail que j’ai mené à Prague n’était pas de la coopération mais du partenariat ! L’objectif d’un centre français de recherche en Europe centrale n’est pas d’amener des recettes pour faire des sciences sociales, mais d’échanger ! Comme je vous le disais précédemment, j’ai aussi évité de faire simplement du franco-tchèque car on ne peut plus faire de la recherche ou des opérations scientifiques strictement bilatérales dans l’Europe de 2008. C’est la raison pour laquelle je me suis efforcé souvent d’associer d’autres partenaires aux activités, comme les Allemands par exemple. Pour comprendre les visions d’Europe en Tchéquie, il faut tenir compte de facteurs très différents. Le premier est que les Tchèques ont été du mauvais coté du rideau de fer ; le deuxième est qu’ils se pensent comme un « petit » pays qui a dû combattre tout le temps pour garder sa souveraineté ; le troisième est qu’ils n’observent pas de différence de valeurs fondamentales entre l’Europe et les États-Unis qui constituent pour eux l’Ouest.

20La revue pour l’histoire du CNRS. À suivre votre périple européen, tant estudiantin que professionnel, vous prouvez que la science politique n’a de sens que si elle s’effectue sur le terrain. Préconiseriez-vous une mobilité obligatoire à l’étranger pour les chercheurs français ?

21C.L. Oui, pour les chercheurs en sciences sociales, je préconise une mobilité obligatoire d’au moins deux ans, quelle que soit la discipline, dans une institution à l’étranger pour pouvoir prétendre passer directeur de recherche ! La mobilité, c’est d’abord bon pour faire évoluer son objet de recherche. Mais pas seulement. Ça permet aussi de voir comment les institutions universitaires et de recherche d’autres pays fonctionnent. Cela permet notamment de relativiser au retour les débats franco-français sur la gestion de la recherche. Par exemple, accepter des fonds privés pour la recherche reviendrait à se lier les mains à un bailleur qui va dicter ses conditions de recherche. C’est une affirmation que l’on entend encore dans certaines assemblées de chercheurs français, qui pensent que seuls l’État garantirait l’indépendance de la recherche.

22À la London School of Economics, j’ai observé tout cela de près, car je savais que la Grande-Bretagne avait recours aux financements des fonds privés. Je me suis rendu compte assez vite que les collègues de la LSE étaient très vigilants – et c’est exactement ce qu’il faut faire –, pour établir des contrats qui leur laissaient le contrôle du choix des recrutements et des contenus scientifiques. Tout ceci est discuté très sérieusement avec les bailleurs privés et parfois la LSE est amenée à leur dire « non » parce que le partenaire est trop « interventionniste ». Quand on a vu cela, je trouve qu’on est prêt à aborder le débat plus sereinement en France. J’ajoute que certains ministères sont parfois plus interventionnistes que les acteurs privés quand ils établissent un contrat avec des chercheurs !

23La revue pour l’histoire du CNRS. Revenons à l’Europe. Comment interprétez-vous la décision de réunir un groupe de sages en excluant toute réflexion sur les institutions ? Est-ce une victoire de l’esprit britannique ? Est-ce un nouveau souffle donné à l’Union européenne ?

24C.L. Depuis le milieu des années 1990, toutes les réformes de l’Union (y compris la Constitution avortée) ont porté sur les questions institutionnelles. L’objectif officiel était de mieux préparer l’Union européenne à l’accueil des nouveaux entrants de l’Est. À mon sens, c’était utile mais pas fondamental. Depuis 2004, l’élargissement n’a pas eu d’effet très notoire sur les modes opératoires, notamment décisionnels, de l’Union européenne. On ne décide pas moins vite à 27 qu’à 15. Le grand chantier de l’Europe reste « Comment construire de la légitimité dans une polity qui n’est pas un État ? » Si ce groupe de sages se réunit, j’espère qu’il travaillera plutôt sur l’agenda des politiques publiques (changement climatique, énergie) et sur la question de la légitimité.

25La revue pour l’histoire du CNRS. Votre dernier livre porte sur la France dans l’Europe nouvelle1. Pourquoi ce « come back « ? Y voyez-vous d’abord un problème franco-français à résoudre à l’échelle nationale ?

26C.L. Mon premier ouvrage portait sur les interactions entre les institutions françaises et celles de l’Europe. Je reviens donc un peu à mon premier objet de recherche. Après près de cinq années en dehors de l’hexagone, j’avais envie de retravailler sur la France, car cela m’a donné du recul. Ayant observé les représentations de la France hors de nos frontières, je suis convaincu que ce pays doit être analysé dans le contexte de l’Europe élargie. Son positionnement au sein de l’Union est radicalement différent de ce qu’il était avant la guerre froide. L’important est de montrer deux choses. D’abord, la norme de marché a été très largement portée par l’Europe et s’est imposée depuis le milieu des années 1980. Elle a été utilisée en France pour moderniser l’économie française, mais elle est loin d’avoir été légitimée. Actuellement, 30 % de Français considèrent encore que l’économie de marché n’est pas un bon système. C’est une caractéristique qui rend encore l’Europe difficile à admettre par un certain nombre de Français et qui contribue à entretenir une sorte de soupçon sur la France de la part de certains partenaires européens.

27Deuxième point : avec les élargissements de 1995 et de 2004, la France ne peut plus jouer le même leadership qu’avant, gérer de la même manière sa relation avec l’Allemagne. Elle doit composer avec beaucoup plus de diversité, beaucoup plus d’hétérogénéité. La France n’a jamais réussi à structurer fortement ses relations avec les partenaires d’Europe centrale et orientale. Les eurosceptiques comme les pro Européens traditionnels ont un problème avec l’élargissement. Les premiers pensent classiquement que c’est le triomphe soit de l’insécurité, soit du capitalisme sauvage (le fantasme du plombier polonais a vu l’alliance de l’extrême-droite et de la gauche de la gauche), les autres estiment que c’est la fin de l’Europe des pères fondateurs au profit d’une zone de libre échange « à l’anglaise ».

28La revue pour l’histoire du CNRS. Pourriez-vous vous prononcer sur la question de la Turquie ?

29C.L. Je suis pour la poursuite des négociations d’adhésion avec la Turquie, tout en pensant qu’en 2008 la Turquie ne remplit pas encore les conditions pour devenir membre de l’Union. Je trouve souvent ridicules les arguments culturalistes anti- comme pro-adhésion de la Turquie. Je ne crois pas non plus que le sujet soit encore : « pas de Turquie car il faut sauver l’avenir du fédéralisme européen ». Pour moi, la fin de la guerre froide y a clairement mis fin. Certains semblent effrayés par l’idée que l’Union puisse avoir une frontière avec l’Irak ou la Syrie en accueillant la Turquie. Moi pas. En revanche, je ne veux pas que l’on transige sur les conditions d’application des normes démocratiques en Turquie. En général, la conditionnalité politique, ça ne marche jamais. L’élargissement est un des rares exemples contraires et il faut l’appliquer. Accepter la norme démocratique, cela veut dire pour les Turcs non seulement continuer à réformer leurs institutions et leurs procédures, mais aussi réfléchir à leurs responsabilités dans l’histoire. J’aime bien cette phrase d’Alexandra Laignel-Lavastine : « Être Européen, c’est aussi apprendre à penser contre soi »2.

30D’après des propos recueillis par Marie Pinhas-Diena le 17 décembre 2007 au CERI.

Haut de page

Notes

1 Lequesne C. La France dans la nouvelle Europe, à paraître à la fin 2008 aux Presses de Sciences Po.
2 Le Débat, novembre-décembre 1999, p. 133.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Lequesne, « L’Europe, objet de recherche identifié », La revue pour l’histoire du CNRS [En ligne], 22 | 2008, mis en ligne le 03 octobre 2010, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://histoire-cnrs.revues.org/8162

Haut de page

Auteur

Christian Lequesne

Docteur et titulaire de l’habilitation en science politique, Christian Lequesne est entré au Centre d’études et de recherches internationales (CERI) comme chargé de recherche en 1988, et en a été le directeur adjoint entre 2000 et 2003. Il a ensuite dirigé le Centre français de recherche en sciences sociales (CEFRES) à Prague. De septembre 2006 à septembre 2008, il a été Sciences Po-London School of Economics Alliance Professor à Londres.

Haut de page

Droits d’auteur

Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page