Navigation – Plan du site
Techno

Et l’Ouphipo fut...

OUvroir de PHIlosophie POtentielle.
Jean-Pierre Dupuy

Résumé

Entre sciences formelles, littérature, philosophie et réflexion sociopolitique, Jean-Pierre Dupuy se prête au questionnaire de Proust en proposant des concepts et des pensées avant-gardistes.

Haut de page

Texte intégral

Votre principal trait de caractère

1Être philosophe dans tous les sens du terme ! Dans ma vie et dans mon univers professionnel. C’est relativement tard dans ma carrière que j’ai eu la révélation de ma véritable vocation. Je pratique désormais la philosophie à l’étranger (la France méprisant ceux qui ne suivent pas une voie toute tracée) et je consacre l’essentiel de mon temps à l’écriture. Seule la création a de l’importance.

Le pays où vous aimeriez vivre

2Les États-Unis et le Brésil : j’y ai des attaches familiales, affectives et professionnelles.

Vos maîtres à penser

3Ivan Illich, figure emblématique de la critique de la société industrielle, et René Girard, critique littéraire, inventeur du concept de désir mimétique et auteur d’une anthropologie de la violence et du sacré. Tous deux m’ont accompagné dans mon cheminement intellectuel et dans ma vie personnelle. Je leur dois d’avoir rompu avec le positivisme polytechnicien pour me tourner vers la philosophie.

Vos « pairs » spirituels en philosophie

4Heinz von Foerster, co-fondateur de la cybernétique et des sciences cognitives, Francisco Varela, neurophilosophe, Henri Atlan, biophysicien et spécialiste du Talmud. Ce sont des scientifiques d’idées, bien plus captivants que beaucoup de philosophes attitrés...

5Les miracles intellectuels qui vous ont le plus porté

6La cohabitation passionnée de diverses disciplines : la philosophie analytique de l’esprit et du langage (Pierre Jacob, Joëlle Proust, François Recanati), les sciences cognitives (Daniel Andler), la phénoménologie (Jean Petitot, Francisco Varela), la théorie économique et l’économie des conventions (André Orléan, Olivier Favereau, Laurent Thévenot), la philosophie du choix rationnel (Pierre Livet, Philippe Mongin, Bernard Walliser), la psychologie du raisonnement (Vittorio Girotto), l’anthropologie sociale et religieuse (Lucien Scubla, Mark Anspach), l’anthropologie cognitive (Dan Sperber, Scott Atran), les courants philosophiques anglosaxons (Bernard Manin, Pasquale Pasquino, Monique Canto-Sperber).

Les volets de la philosophie qui vous inspirent le plus

7En réalité, je n’ai de cesse de naviguer entre différents courants de pensée philosophique : la philosophie de l’esprit, mariage parfois malheureux des sciences cognitives et de la philosophie analytique ; la philosophie morale et politique anglo-américaine, avec John Rawls et son oeuvre majeure, Théorie de la justice (1971) ; la philosophie sociale et les théories des systèmes complexes auto organisés ; la philosophie de l’action, paradigme rationaliste qui m’a aidé à lancer le concept de catastrophisme éclairé.

Les réalisations dont vous êtes fier

8Deux colloques organisés dans les années 1980 et qui eurent un rôle fondateur d’institutions et de disciplines nouvelles. L’un à Cerisy, L’autoorganisation, de la physique au politique, s’intéressait à la théorie de la complexité en confrontant les démarches réductionnistes et holistes. L’autre à Stanford, Disorder and Order, portait sur les notions d’ordre et de désordre dans les disciplines qui s’interrogent sur la question des origines, de la physique au politique en passant par l’anthropologie. Et la création en 1982 du Centre de recherche en épistémologie appliquée, en 2000 du Groupe de recherche et d’intervention sur la science et l’éthique, tous les deux à l’X. J’ai co-fondé en 1987 l’Institute for Interdisciplinary Studies à Stanford.

Vos écrivains préférés

9Je viens d’une famille relativement modeste qui m’a transmis le goût de la lecture. Les textes d’Henri Poincaré, d’Albert Einstein, de Karl Popper ont sans doute développé chez moi un goût pour la philosophie et l’épistémologie et un intérêt grandissant pour les questions de métaphysique. En littérature, Proust, Musil, Dostoïevski, Bernanos, Ian McEwan, tous ceux qui mettent en récit la question du mal.

Votre devise

10Science et pensée peuvent ne faire qu’un.

Vos regrets

11La manière d’enseigner les sciences à Polytechnique et le désintérêt évident pour les paradoxes, les errements, les querelles de la science et les controverses. Seule comptait notre dextérité à manier des équations. C’est pourquoi je ne suis pas devenu physicien !

Vos combats de demain

12À mon sens, la philosophie doit s’emparer des questions liées au développement des sciences et des techniques (nanotechnologies, vie artificielle, réchauffement climatique...) pour penser notre monde contemporain et les dangers qui le menacent. Les hommes rêvent la science avant de la faire. Les discours visionnaires qui accompagnent le développement des nanotechnologies ont le mérite de nous rappeler que les scientifiques font de la métaphysique, le plus souvent sans le savoir. La composante la plus visible du rêve nanotechnologique est de prendre le relais du bricolage qu’a constitué jusqu’ici l’évolution pour y substituer le paradigme de la conception (design).

Votre œuvre fétiche

13Vertigo, d’Alfred Hitchcock (1958) que j’ai vu à l’âge de 17 ans. Le héros Scottie, incarné par James Stewart, s’éprend de passion névrotique pour un être qui n’existe pas, Madeleine, interprétée par Kim Novak. Lorsque celle qui incarne Madeleine comprend qu'avec sa disparition, il ne restera rien de leur amour, c'est comme si l'avenir annulait le passé. Ce chef d'oeuvre a fait naître ma passion pour la logique et la métaphysique, surtout sur la question insoluble de la nature du temps.

14À LIRE DU MÊME AUTEUR :

15- La Panique. Les Empêcheurs de penser en rond, 2003 ;

16- Pour un catastrophisme éclairé. Quand l’impossible est certain. Seuil, 2002 ;

17- Avions-nous oublié le mal ? Penser la politique après le 11 septembre. Bayard, 2002 ;

18- Petite métaphysique des tsunamis. Seuil, 2005 ;

19- Retour de Tchernobyl. Journal d’un homme en colère. Seuil, 2006.

20- La marque du sacré, Éditions Carnets Nord, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Dupuy, « Et l’Ouphipo fut... », La revue pour l’histoire du CNRS [En ligne], 24 | 2009, mis en ligne le 05 octobre 2009, consulté le 25 mars 2017. URL : http://histoire-cnrs.revues.org/9111

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Dupuy

Polytechnicien et ingénieur des mines, Jean-Pierre Dupuy a créé à l’X le Centre de recherche en épistémologie appliquée (Crea) et enseigne la philosophie à l’université Stanford aux États-Unis.

Haut de page

Droits d’auteur

Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page