Navigation – Plan du site
Jeux

Du trésor de la langue française à l’ATILF et au CNRTL

50 ans au service de l’étude et de la connaissance de la langue française
William Del Mancino et Jean-Marie Pierrel

Texte intégral

1Par une décision du 20 décembre 1960 est créé à Nancy un centre de recherche dont la mission consiste à réunir la documentation pertinente et à mettre en oeuvre, la rédaction et la publication d’un Trésor de la langue française (Tlf).

2Cette décision avait été préparée et souhaitée trois ans plus tôt à partir des conclusions d’un colloque international de lexicologie et lexicographie françaises et romanes, organisé au Centre de philologie romane de Strasbourg par son directeur, le professeur Paul Imbs. Le Littré étant tombé dans le domaine public, le moment était opportun pour mettre en chantier quelque chose d’entièrement nouveau qui tiendrait compte des acquis de la lexicologie et de la lexicographie du XXe siècle, des possibilités nouvelles en matière de documentation, et bien sûr, des changements survenus dans la langue française depuis le milieu du XIXe siècle.

3Le Trésor de la langue française sera le fruit d’une grande aventure scientifique. Sous les directions successives du recteur Paul Imbs et du professeur Bernard Quemada, elle mobilisera pendant 30 ans les compétences d’une centaine de collaborateurs, d’abord au sein du Centre de recherche pour un Trésor de la langue française (CRTLF-CNRS) ensuite, de l’Institut national de la langue française (INaLF-CNRS) dont le laboratoire Analyse et traitement informatique de la langue française (ATILF/CNRS-Nancy Université : www.atilf.fr) est aujourd’hui le digne successeur.

416 volumes réunissant 100 000 mots avec leur histoire, 270 000 définitions et 430 000 exemples d’auteur seront publiés entre 1971 et 1994.

De l’écrit à l’écran

5L’analyse de l’évolution de la linguistique au cours du dernier demi-siècle a mis en évidence que sa confrontation avec l’informatique et les mathématiques lui offrait de nouvelles approches et de nouveaux champs d’investigation. Dans ce cadre, la production induite de nouvelles ressources, l’accès intelligent à leurs contenus et leur diffusion en réseau, constituent des résultats dont les enjeux sont majeurs dans notre société de l’information et du partage des connaissances.

6C’est dans ce contexte que la version informatisée du Trésor de la langue française a été finalisée par l’ATILF. Présentée officiellement au siège du CNRS au printemps 2002, elle regroupe l’intégralité des 16 volumes papiers, permet trois niveaux d’interrogation (requête simple, assisté ou complexe) et existe sous deux formes : une version en ligne (www.atilf.fr/tlfi) et une version cédérom disponible chez CNRS ÉDITIONS.

7Le Centre national de ressources textuelles et lexicales (CNRTL : www.cnrtl.fr) créé en 2005 par le CNRS et adossé à l’ATILF s’inscrit quelques décennies après le lancement du Trésor de la langue française dans les mêmes objectifs scientifiques, au service de l’étude et de la connaissance de la langue française. Comme en attestent l’intégration du CNRTL au sein du projet européen Clarin (Common language ressources and technology infrastructures) et les 300 à 350 000 requêtes quotidiennes de par le monde, en et hors francophonie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

William Del Mancino et Jean-Marie Pierrel, « Du trésor de la langue française à l’ATILF et au CNRTL », La revue pour l’histoire du CNRS [En ligne], 24 | 2009, mis en ligne le 05 octobre 2009, consulté le 26 mai 2017. URL : http://histoire-cnrs.revues.org/9133

Haut de page

Auteurs

William Del Mancino

William Del Mancino, ingénieur de recherche au CNRS, est responsable de la communication et de la valorisation dans ce même laboratoire.

Jean-Marie Pierrel

Jean-Marie Pierrel, professeur des universités, dirige le laboratoire ATILF (CNRS-Nancy Université).

Haut de page

Droits d’auteur

Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page