Navigation – Plan du site
Petite et grande histoire

Nos ancêtres les Gaulois : ni huttes, ni peaux de bêtes…

Thierry Janin

Texte intégral

1Après l’âge du Bronze (2000-900 av. J.-C.), les Gaulois adoptent la métallurgie du fer. Dès lors, leurs sociétés vont évoluer. Les premières villes font leur apparition : on construit des remparts ou des fossés, la trame urbaine est adoptée, avec ses quartiers, ses rues, ses places. Les populations s’y regroupent. Si villages et fermes rythment la campagne, c’est dans les villes que s’opère la majorité des échanges.

2Dans le Nord, les Gaulois commercent avec les communautés celtiques, auxquelles ils sont apparentés. Dans le Sud, c’est avec les cultures méditerranéennes que les trafics se développent : Grecs, Étrusques, Phéniciens, Ibères... La fondation de Massalia (Marseille) par les Grecs de Phocée (Turquie) va accélérer ce processus. La monnaie est inconnue ! Mais le troc permet la circulation des idées et des biens : vaisselle, bijoux, métaux, vin. Les techniques se diffusent également, particulièrement en matière de construction : plan des maisons, portiques, pierre taillée... Les Gaulois, traditionnellement agriculteurs et éleveurs, s’affirment alors être d’excellents commerçants. À partir de 550 av. J.-C., les Gaulois de Marseille cultivent la vigne et exportent leur vin dans toute l’Europe. Selon les coutumes, les Gaulois inhument ou incinèrent leurs morts. Les tombes peuvent avoir des formes diverses : tumulus, enclos. Suivant les règles de la communauté, on dispose près du mort des vases, des bijoux, des armes, des chars, des tissus, des fleurs, des céréales et des quartiers de viande. Dans certains cas, des lieux sont dédiés aux commémorations : les trophées des vainqueurs et des vaincus sont exposés à l’entrée des villes ou au-dessus de la porte de la maison. On bâtit des temples et des sanctuaires.

3Bien avant la conquête de la Gaule par César (52 av. J.-C.), les Gaulois avaient donc construit une société structurée, pluriculturelle et avaient su tirer parti des nombreux contacts qu’ils avaient noués avec les communautés méditerranéennes et continentales.

4Restitution de la cité portuaire protohistorique de Lattara (Lattes, Hérault) au IVe s. av. n. è. © Ministère de la Culture et de la Communication/I. Mottola ; S. Valette

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Janin, « Nos ancêtres les Gaulois : ni huttes, ni peaux de bêtes… », La revue pour l’histoire du CNRS [En ligne], 24 | 2009, mis en ligne le 05 octobre 2009, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://histoire-cnrs.revues.org/9158

Haut de page

Auteur

Thierry Janin

Thierry Janin est directeur de recherche au CNRS dans l’équipe « Archéologie des sociétés méditerranéennes ».

Haut de page

Droits d’auteur

Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page